THE TIME YOU ENJOY WASTING IS NOT WASTED TIME
"Bertrand Russel"

jeudi 31 janvier 2013

Comme la vie est fragile...


...quand une tueuse en série rôde.           
                                                                                                                                                                                                           Ouaip, ce petit lézard gambadait gaiement dans les hautes herbes, traquait les insectes en se changeant en statue immobile, puis sautillait de-ci, de-là, tout ça sous le regard perçant de la Grande Aigrette. Quand elle en a eu assez de le voir se démener comme un bon pour gagner sa vie, elle a décidé d'y mettre un terme. À sa vie. Et hop! avant que je n'aie eu le temps de réaliser quoi que ce soit, le petit lézard était dans son bec. Et voilà. C'est comme ça que ça se passe à la loterie de la vie. Bang! Une seconde tu es là, une seconde tu descends dans un tube digestifs. Et quel tube!!

Et la revoilà qui remet ça!
Plus elle a la tête étirée vers le haut, le mieux elle voit au sol. Elle chancelle du cou pendant quelques secondes et... paf!


Ouais bon... vous excuserez le cadrage et le focus, mais ça se passe tellement vite! Je me sens quand même chanceuse d'avoir pu capter ce moment d'horreur. Regardez-moi ce petit lézard qui n'a pas encore réalisé ce qu'il fait perché là.


Et hop! On se réajuste le lézard afin qu'il puisse descendre sans trop de sparages.


Et la voilà qui se dit qu'elle a encore un p'tit creux. Elle se télescope le cou vers le haut, et...


Bang! Un troisième petit lézard disparaît sous mes yeux ébahis.
Attendez que je vous zoom un peu cette scène où on sent la joie dans le regard de la Grande Aigrette, et une révolte impuissante face à la fatalité dans la posture de petit lézard.

Et ces atrocités se déroulent à journée longue, partout autour de nous.

Tenez, comme exemple, monsieur le hibou que je vous ai présenté il n'y a pas tellement longtemps, et bien il a saccagé un nid de Grands Hérons. Comme ça. Dans le temps de le dire, un grand héron était mort et un petit manquait. Quel drame! Au petit matin, il y avait le cadavre du grand héron adulte au pied de l'arbre gisant sur un lit de plumes et de sang.
Et le jour même, j'ai revu monsieur le Grand-duc perché sur un arbre, mine de rien, et sa dame se reposait encore dans son nid... une belle petite scène d'amour paisible quotidienne.

Ainsi va la vie!

lundi 28 janvier 2013

Monsieur et Madame Grand Pic

Il y a quelques jours, lors d'une visite dans les jardins de la propriété de John and Mable Ringling, des bruits persistants de menuiserie m'ont fait lever les yeux... et oh, quelle surprise attendait mes rétines inquiètes! 
Un couple de Grands Pics, là, juste là, s'affairait à traquer les bibittes qui elles, s'affairaient à se faire les plus discrètes possible dans les replis de cette vieille branche morte.


J'ai mis ma caméra en mode mitraillette, et j'ai dû prendre au moins 70 photos dans le temps de le dire!
Rassurez-vous, je me retiens de toutes les mettre ici...


Mais c'est pas l'envie qui me manque!


Mais attendez que je vous les présente! Voici madame, en avant plan.
Et voici monsieur.

samedi 26 janvier 2013

Siesta is the key

Outre espionner les oiseaux, je n'ai pas eu d'autre choix que d'admirer l'espèce humaine à son meilleur. Ce n'est vraiment pas mon premier choix, mais l'humain a le don d'occuper tout le territoire disponible pour son seul usage. (Oui je sais, je suis aussi humaine aussi, mais si je pouvais être simplement un courant d'air, cela m'irait totalement ; je n'aurais plus a subir les disfonctionnements de mon corps...)

Mais bon... Je suis ici, et certains symptômes se sont résorbés pour laisser place à d'autres. Big deal!! C'est quoi la joke?!? Faut-il absolument que j'aie quelque chose? Bout de viarge! Me re-voilà rendue à la case départ! J'ai les bronches infectées au max suite à ce rhume que j'ai eu au mois de septembre dernier. Résultat? Je me sens les poumons comme deux petits raisins secs compressés sous le poids d'un gigantesque compresseur. Je dois encore me "vidanger" deux fois par jour pour pouvoir passer des genres de journées potables. Oui, j'ai pris des antibiotiques avant de venir ici, et j'en ai encore pour un autre traitement en réserve. Sauf que les antibiotiques n'ont apparemment aucun effet sur moi. Et j'hésite à prendre un deuxième traitement car les antibiotiques sont néfastes pour la flore intestinale. Et de ce côté, pour la première fois depuis des mois, tout semble être ok.

Anyway... mon but n'était pas de parler de mes bobos, mais de présenter ce que j'ai eu la chance de voir ces derniers jours, dont Siesta Key, la plage number one de la Floride. Number one pour son sable blanc si fin. J'avoue, c'était presque comme marcher dans de la farine. C'était vraiment idyllique, jusqu'à ce que croise des membres de mon espèce...


Non mais c'est quoi?!? Un suicide aux rayons UV? Même la mouette à ses pieds chaussés de beaux petits bas blancs semble se demander de kessé ke sé que c'est que cet énergumène! Matelas pneumatique, serviettes multicolores, radio transistor, et... brouette(?) pour charrier tout ça? Ben coudonc... c'est peut-être moi qui passe à côté du bon côté de la vie! Je ne connais pas ce monsieur, ce n'est pas dans mes habitudes de photographier l’homo sapiens, mais ceci représente une piste de réflexion pour moi. Genre: Peu importe ce que l'on peut penser de moi, je m'en sacre, je fais ce qui me plait!!

Mais je dois dire que Siesta Key est une superbe plage, où couples et petites familles peuvent passer des heures de plaisir. Et l'endroit n'est pas trop peuplé comme certaines plages que j'ai déjà vues! Oui, ça sent la crème de bronzage à plein nez, mais quand même... il reste de la place pour étendre sa serviette!





vendredi 25 janvier 2013

Volatiles

Je suis tellement curieuse de tout ce qui se passe, que j'en oublie mon blogue! Pendant cette absence webienne, j'ai dû prendre au moins un millier de photos. Minimum. J'en ai flushé quelques unes, mais malgré cela je commence à avoir le fichier floridien assez rempli merci. De plus, je les prends au format maximum. Mon ordi va déborder avant longtemps! Heureusement, j'ai mon disque externe avec moi. Suffit de penser à les transférer... c'est une autre histoire...

Bon! Qu'est-ce que j'ai vu et fait durant ce temps? Et bien entre autres choses, j'ai continué à espionner les oiseaux dont voici quelques spécimens. Et merci au zoom de ma caméra qui m'a permis de voir de près ce que je n'aurais jamais pu discerner autrement! Dont les yeux bleus turquoise des cormorans.

Et le regard du hibou, bien que ce dernier était haut perché sur un arbre très éloigné.
C'est fascinant de les voir tourner la tête. J'ai appris qu'ils peuvent la tourner jusqu'à 270 degrés! J'admire aussi à quel point ils peuvent se confondre avec le décor.
Ici, c'est le mâle en quête d'un repas. Cette photo a été prise un peu avant le coucher du soleil. Bon... il a été distrait par mes bruits et il semble poser pour la caméra, mais en fait sa tête était tout à fait à l'opposé.
Et voici madame allongée sur son nid douillet attendant que monsieur revienne avec une quelconque bestiole à grignoter. C'est qu'elle couve ses oeufs en ce moment, alors elle ne quitte pas son nid. Le mâle doit s'occuper de la nourrir jusqu'à ce que les petits soient là. 
Une autre prise de vue de madame qui somnole.
Ça a l'air tout mignon comme ça, mais c'est un immense nid! Et ces hiboux mesurent environ deux pieds de long, et les ailes ouvertes ils peuvent atteindre jusqu'à 6 pieds de largeur! Dans ce couple-ci, le mâle est un peu plus petit que la femelle. Je ne sais pas si il en est toujours de même pour l'espèce en général.
Et voici l'unijambiste.
Je n'ai pas encore identifié ce petit. Ses compères ont leur deux pattes, et ils s'en servent pour faire des petits pas rapides tout en picossant je ne sais quoi sur la grève. Encore une fois, je les ai trouvé assez habiles à se confondre dans le décor. Tellement, que sur certaines de mes photos je les vois à peine!


Et voilà pour aujourd'hui. 
Si vous êtes sages, je vous reviens très bientôt avec mes pics-bois et mon aigrette avaleuse de lézards!


Ah, et puis un p'tit coucher de soleil avec ça?


jeudi 10 janvier 2013

Héron

Je fais connaissance avec ma nouvelle caméra... je dois me réhabituer à jouer avec les fonctions manuelles. Pour ce faire, je suis allée espionner le héron. Ces deux premières photos sont un peu trop surexposées, mais j'aime bien le résultat.







Aussi je m'amuse dans Picasa, ils ont plusieurs paramètres que je n'avais jamais utilisé dont les cadres.


mercredi 9 janvier 2013

Variations sur un même thème



Quelques heures plus tard...



Ce qui nous mène à ma minute de kétainerie...


Cette minute kétaine nous mène à ce moment musical du même titre, mais tellement pas du même air...


Et un gros plan de sable blanc avec ma nouvelle caméra!!


D'ailleurs, le groupe de mouettes ci-haut a été photographié de très loin avec ma nouvelle caméra. 
So far, je suis contente de mon acquisition!

dimanche 6 janvier 2013

J'ai rien vu!! Mais j'y étais!

Voici ma piètre couverture de l'évènement numéro UN de Tarpon Springs, la Fête de l'Épiphanie. Cela faisait plus d'un mois que j'avais hâte de voir ça! Tarpon Springs est une localité à majorité grecque. Et ces grecques ne badinent pas avec l'Épiphanie! Il s'agissait aujourd'hui de la 107e édition de cette tradition locale.


Des jeunes hommes de 16 à 18 ans plongent dans les eaux de Spring Bayou pour retrouver la croix que le "pape" (prêtre, évêque?!?) de l'endroit lance au milieu des eaux. Cette année c'est un jeune homme de 16 ans, qui en était donc à sa première expérience en tant que participant à la fête de l'Épiphanie, qui a repêché la croix. Cela c'est passé tellement rapidement, que je n'ai même pas eu le temps de réaliser que c'était terminé! Et pourtant, cela faisait au moins une heure et demie que nous étions installés sur place à un excellent endroit ombragé (cela compte pour les nordiques que nous sommes) en attente de cette plongée.

video



Tout de suite après que le jeune homme ait remonté avec la croix en main, une procession a eu lieu vers la cathédrale Saint-Nicholas. Nous avons suivi le cortège, mais nous ne sommes pas entrés dans l'église. Il y avait déjà tellement de monde sur place, que nous avons regardé de loin (de l'autre côté de la rue, en fait).
En route vers la cathédrale, il y avait ces trois jeunes femmes devant nous qui s'acheminaient vêtues (déguisées, costumées, démodées?) dans un style que je présume folklorique.


Et nous y voici, face à la cathédrale Saint-Nicholas de Tarpon Springs. Du point de vue où j'étais, nous ne pouvions voir le dôme de cette église. En y regardant bien, on voit une croix du côté droit du faîte de la toiture centrale. C'est le dessus du dôme.


En voici une vue "carte postale" qui date de je ne sais quand, mais qui est très représentative.


Donc, les gens s'engouffraient dans l'église...


Nous avons continué à marcher sur Pinellas ave, vers le centre communautaire où nous n'avons pas su ce qui s'y passait. Et il y avait tellement de monde en file, que nous n'avions même pas envie de savoir de quoi il s'agissait! Nous n'aimons pas les files, les foules et l'attente ; nous n'étions pas dans notre élément, quoi! Par contre, j'aime bien voir les gens. Il y avait dans la file, cette petite fille vêtue (déguisée, costumée, démodée) qui tenait la main de sa maman qui elle était en jeans.



Et maintenant, voici un reportage réussi de la couverture des évènements de la journée. (tout de suite après la foutue pub de quelques secondes)


Et ce qu'un témoin de l'autre côté du bassin a pu filmer.



Alors bonne année à Vassilios Harding, valeureux jeune homme qui en principe devrait avoir la chance de son côté durant toute l'année, suite à son exploit d'aujourd'hui!


P.S.:
C'est décidé, je m'achète une nouvelle caméra. J'suis trop frue!
Mon choix est pas mal fait, mais je vous reviendrai là-dessus quand ce sera vraiment déterminé. Il y a de fortes chances que ce soit la Canon PowerShot SX50 HS, bien qu'elle ne soit pas assez compacte à mon goût. Mais bon... il parait que rien est parfait!