THE TIME YOU ENJOY WASTING IS NOT WASTED TIME
"Bertrand Russel"

samedi 31 mai 2008

Encore Amandine et ce Benjamin qui décidément, me plait de plus en plus!

Pour ceux que cela intéresse (moi )(pis le gars au pied du pont Jacques-Cartier qui aime les français du bout du tympan), voici une autre performance de ma petite Amandine. Ils ne sont plus que trois sur les quinze candidats du début. Elle a encore donné une prestation qui en a subjugué plus d'un, dont surtout sa maman... Il faut voir les yeux de sa mère ; elles ne pourront jamais se renier, ces deux là!

video

Tant qu'à être partie sur le thème du regard d'une mère devant une progéniture qui se lance dans la vie, sans filet, à la merci du vent de popularité d'un public girouette, voici Benjamin, dans une chanson à mon avis beaucoup trop grande pour lui, mais qui aura réussi à chambouler le coeur de sa maman. C'est à se demander pour qui, du candidat ou des parents, un tel concours est le plus éprouvant...

video

Pour vous montrer ce petit Benjamin dans son élément, voici une autre vidéo, dans laquelle il reprend un succès de Frank Sinatra, Fly me to the Moon. Je l'aime bien, ce petit!

video

Bon... puisque je n'en peux plus de ne plus me pouvoir, en voici une autre de ce Benjamin qui reprend Beat It, de Michael Jackson, à la crooner. Très intéressant, comme résultat. Qui l'eut cru...

video

jeudi 29 mai 2008

D'ordures et autres pelures

Hey!!
C'est jour de collecte des vidanges, aujourd'hui! Et cela fait exactement une semaine que je mets de côté tous mes déchets compostables. Ben savez-vous quoi? J'ai mis au bord du chemin mon mini sac à ordures à peine rempli. C'est pas beau, ça? Elle est pas belle, la vie?

Avouez que ça valait le détour, de venir lire mon blogue aujourd'hui...

mardi 27 mai 2008

Entéka...

"Entéka" dit-elle la bouche plissée et tellement pincée, que ça avait l'air d'un anus.

Je ne sais pas ce qu'il y a dans l'air ou l'eau de la région d'où il venaient, mais on aurait dit qu'ils participaient à un concours de chiâlage! J'ai l'impression qu'ils se sont crinqués tout le long du trajet, dans l'autobus qui les menaient à l'hôtel.

Avez-vous déjà vu ça, vous, se plaindre parce que la chambre est trop grande? Faut tu vouloir chiâler, rien qu'un peu? Pis les clés magnétiques fonctionnent juste quand je me déplace jusqu'à leurs chambres pour essayer les serrures... quand ils sont laissés à eux-même, les clés cessent mystérieusement d'ouvrir leurs portes. Me semble... Pis faut pas leur dire comment faire, ça les insultent!

Si ce n'était de mon sens de l'éthique doublé d'un professionnalisme distingué à toute épreuve, les femmes de ménages retrouveraient des dentiers et des montures de lunettes incrustés dans les murs.

Emmenez-m'en, des groupes de l'âge d'or! Je me suis endurcie, aujourd'hui.

Entéka....

vendredi 23 mai 2008

Le filon écolo

Je suis maintenant gestionnaire en résidus ménagers. Oui m'sieur dame!

Y'a pas une pelure, trognon, écale ou feuille de radis qui échappe à mon oeil de lynx (avec verre de contact, bien sûr). Tout est expédié sans tergiversation vers mon brand new "Garden Gourmet", assemblé de mes doigts de fées et fixé au sol d'une main de fer.

Voici son sosie :



Mignon, hein?

Le but de ce billet n'étant pas tant de vous parler de la récupération de mes ordures, mais du prix, ou plutôt de l'opportunisme de certains revendeurs, détaillants et autres profiteurs de tout acabit.
En fouillant deux minutes sur internet, afin de me rassurer sur le choix de ce nouveau venu dans la panoplie de cossins que l'on peut acquérir, mine de rien tout au long d'une vie, je suis restée estomaquée en y voyant le prix demandé pour GG sur certains sites américains.
Il faut dire ici, que lors de cette brève recherche, j'ai appris que la chose fut présentée à l'émission d'Oprah.
Wouh! Si Oprah en a parlé, c'est que c'est le boutte du boutte, et que l'on peut demander le gros prix, parce que tout ceux qui regardent Oprah (les états-unis au complet sauf un poignée de têtes fortes), peuvent se garocher là-dessus les yeux fermés (bon... ils risquent de tomber à côté, mais c'est pas mon problême).

Sur le premier site que j'ai regardé, ils en demandaient 75.00$US. Mouah,ha,ha! Je me suis claquée ma cuisse de velour en me félicitant de mon achat. 30 piasses, que j'ai payé, viande à chien, en me demandant si je ne me faisais pas avoir un brin, chez Home Depot. Wouah!

Et le pire, c'est sur ce site. $120.00!!!! Faut-il être assez profiteur?
Comme quoi la mode verte semble être un excellent filon pour les commerçants sans scrupules. Je les soupçonne même, d'être pollueurs... mais ce n'est que présomption.

jeudi 22 mai 2008

La reproduction des escargots

Voici un billet tampon pour combler un vide et résorber l'hémorragie de commentaires (genre les ceusses sur pas de Firefox) qui nous mènera sans bavure vers le cours normal de nos quotidiens respectifs.

Et bien voici. Afin de pouvoir commettre l'acte d'accouplement, l'escargot moyen se doit d'avoir atteint l'âge adulte. À défaut de pouvoir présenter ses cartes, un partenaire averti constatera la maturité requise de l'être convoité par le durcissement de sa coquille et l'ourlet qui borde cette dernière. Il est donc légal pour lui d'échafauder des plans lubriques impliquant ce pétard de l'espèce.

Là je vous épargne les détails sur la danse de séduction et les cris gutturaux scandés aux rythmes des spasmes causés par la forte excitation ressentie chez chacun des partenaires. Après un temps indéfini, une éternité, ils en viennent enfin aux faits.

L'IMAGE QUI SUIT, PEUT NE PAS ÊTRE APPROPRIÉE POUR UN PUBLIC NON-AVERTI


La chnoutte blanche entre ces amants se trouve à être les organes reproducteurs. Eux, ils ont ça de placés sur le bord de la tête. So much pour les strip-tease...

Les escargots, étant hermaphrodites, s'accouplent uniquement pour échanger des spermatozoïdes. J'en conclu qu'ils sont aussi homosexuels.
Une fois repus, ils repartent chacun de leur côté sans même s'échanger leurs coordonnées. Une dizaine de jours plus tard, ils pondent une centaine d'oeufs, un par un, dans des conditions des plus élémentaires, comme ça, dans un trou qu'ils auront creusé pendant des heures et des heures (demandez-moi pas comment), direct dans la terre humide. Argh... j'ai de la misère à continuer... c'est pas humain, des affaires de même... pfouitt!

Une vingtaine de jours après la ponte, ta-dam!!!!


Puis, à peine trois semaines plus tard, les beubés commencent à faire des choses dans le dos de leur mama... euh... leur pap.... de leur parent, quoi!


Pis ça? Vous l'avez vu, ça? Internet Explorer vous a bien servi? Allez, tout le monde en choeur "merci Bill"!

Source d'information pour ce billet éducatif : http://escargot.free.fr/fra/repro.htm

mercredi 21 mai 2008

Et voici Amandine

Ajout 22-05-08 : Apparemment, si vous utilisez Internet Explorer, vous ne verrez que du beau blanc immaculé... Donc, si vous avez installé Firefox, vous verrez tout, tout, tout. Désolée pour les lacunes de Microsoft.

Bon... l'année dernière j'y étais allée de mon p'tit Julien qui vous avait tous laissé de glace. Bande d'ignares. Mais avec le recul, j'avoue que comme ça, à froid, sans autre préambule, de se faire imposer ce jeune loup à la mèche de cheveux rebelle à peine maîtrisée par une barrette, l'expérience a dû être légèrement traumatisante.

Et bien cette année, de ce que j'ai pu voir des candidats de la Nouvelle Star, je n'en ai que pour ma petite boule d'émotions d'Amandine. Dont je vous laisse faire la connaissance à l'aide des quelques vidéos qui suivent, que j'ai placé dans un ordre chronologique décroissant :

(Et pour les puristes de la prononciation anglaise, et bien oui, elle a un accent gros comme ça. Un peu comme quand Nina Simone chante "Ne me quitte pas" de Brel. Ou lorsque Elton John a chanté avec France Gall. Gnan!)

video

video

video

video


Emission du 05/03/2008 : Amandine - Nouvelle Star 2008 - wideo
Emission du 05/03/2008 : Amandine - Nouvelle Star 2008 - wideo


Et du côté masculin, le seul que je peux supporter est Cédric. Et j'aime bien sa version de "Emmenez-moi"

video

Ajout no.2 : (Finalement, c'est pas fort, c'te billet-là...) Oubliez Cédric. Garochez-vous sur les vidéos de Benjamin. Par ici (toujours par Firefox). Tout en subtilité, le petit.

lundi 19 mai 2008

For Ticklebear only

En ce petit lundi pluvieux, quelque chose pour t'égayer.



Han! Pis?
Bon... t'es peut-être pas plus gai qu'il y a quelques minutes (boum-boum cliiiing!), mais c'est pas bien, un petit Sacha comme ça, pour voir une journée sous un oeil nouveau?

P.S.: tu sais que j't'aime ...hein?

samedi 17 mai 2008

Question d'interprétation

Tant qu'à reprendre un méga tube, aussi bien le refaire complètement. Je n'ai jamais compris pourquoi reprendre des chansons, si c'est pour en faire des copies de l'originale.
Ex.: Sylvain Cossette. Oui il chante bien, oui il est bon, oui il est gentil, oui oui oui. Mais qu'a t-il apporté de plus à ce que Murray Head avait déjà si bien fait, par exemple?

Ce qui suit est à mon avis une réussite dans la façon de se rapproprier une chanson. De un parce qu'il s'agit de rien de moins que Billy Jean, tube dont on s'est tous fait rincer les oreilles à outrance, de deux parce que je trouve que la toune est amenée avec une nouvelle sensibilité qui me fait plus porter attention aux paroles, qui m'étaient pourtant rentrées de force dans le subconscient, tellement cette chose a joué un peu partout. J'vous dis pas que je vais l'écouter en boucle dans mon lecteur portatif, mais le résultat me plaît bien. C'est comme une réconciliation.

Michael Jackson peut aller se rhabiller, se démaquiller, se repeigner ou rester caché finalement.

Oh, il s'agit de Chris Cornell. Et j'ai un faible pour la version live... sans doute la guitare... instrument à cordes sensibles, en ce qui me concerne.




Fais-moi mal

J'entr'ouvre la porte et le vois. Sa belle tête aux tempes grisonnantes, le regard penché sur un quelconque document, les cheveux courts dévoilant au regard cette nuque forte et basanée. J'entre dans la pièce et son regard clair se tourne vers moi, son sourire m'accueille. Je le sens complètement disponible, à l'écoute, comme si tout ce qui se trouvait dans la pièce venait de s'évaporer, de disparaître sous la lumière intense de ces yeux-là.
Je m'allonge sur le lit et il s'avance vers moi d'une démarche calme, sa longue silhouette aux épaules athlétiques, le dos droit et musclé. Il vient s'installer sur un petit fauteuil au pied du lit et me prend le pied droit entre ses mains douces. Il caresse délicatement les articulations triture un peu les orteils ajustant pressions et frottements tout en lisant sur mon visage tout ce que je n'oserais exprimer tout haut.
Divin... ce moment est... trop parfait... trop... aïe! hi,hi,hi...
"Je vais vous faire deux injections ; une dans l'articulation, et l'autre entre les orteils."

De yousseké mon marteau, donc, que j'm'estropie l'autre pied juste pour y retourner!

vendredi 16 mai 2008

Commérage sur le voisin

Ben figurez-vous donc, qu'aujourd'hui, j'ai surpris le licheux d'entrée de garage à l'oeuvre. Ben oui, chose... je tourne le coin pour me rendre au centre-ville (la rue principale dans ce cas-ci), pis j'apperçois c't'insignifiance, les culottes remontées jusqu'en dessous des bras, les bas à l'air, toujours son casque protège-oreilles sur sa tête d'ahuri car il a en main le tuyau d'un puissant aspirateur de style industriel.
Puis là, je suis sûre que vous vous dîtes "ouin, yé pété ben raide, le bonhomme, pour passer l'aspirateur sur son driveway!". Ben c'est pire que ça, les amis... j'ai vu de mes yeux vu, des pierres de son pavé uni gisant en tas à ses pieds. Pis lui, il passait l'aspirateur dans les trous où étaient placées ces pierres...
IL PASSE L'ASPIRATEUR EN DESSOUS DE SON DRIVEWAY!!!

C'est tu assez fort! Trouvez-m'en d'autres, des pareils!

jeudi 15 mai 2008

Laissez-moi encore chanter

Que j'en voie encore, me dire de me taire ou bien faire des grimaces de faces de totem lors de mes envolées vocales!

Il y a des gens qui se sont déplacés et ont fort probablement déboursé de la belle argent, viande à chien, pour entendre ceci:

video

Moi aussi, j'peux plumer les corneilles qui me réveillent chaque matin pour me faire des beaux poignets de robe de chambre pis vous enfiler une en arrière de l'autre toutes les tounes que je connais! Ben oui! J'ai cette générosité là, moi! Pour pas trop cher, à part de d'ça!

Et dans une suite logique (car la logique, c'est mon point fort), je vous colle cette autre vidéo, en apparence aux antipodes, mais pas tant que ça après tout, vous verrez...

video

À vrai dire, puisque je vous dois tout de même un minimum de sincérité, je plumerais volontiers quelques blanche colombes et jeunes cygnes, pour me vêtir de leurs atours, moi aussi, si j'avais le talent de cet autre monument de la chanson.

Ce qui m'amène, toujours dans ma ligne logique, à me poser ces questions : Où sont les grands talents d'aujourd'hui? Qui sont nos vraies vedettes de la chanson de nos jours? Hein? Celles qui ont la chanson dans les veines, celles qui peuvent nous faire brailler en deux ou trois notes bien garochées. Hein, hein? De ousse kessé? Thibert? Boulay?

Aujourd'hui, on fait du joli. Du cute. De l'audiblement correcte. Y'en a pas une maudite qui pourrait porter la plume avec autant de panache puis nous faire voyager aussi loin, sur les ailes de sa passion!

C'est ben simple, ça me fout les bleus. Pis même dans cet état, je reste d'une logique implacable...
Juste pour achever de planter mon clou :

video

Allô? Êtes-vous encore là?

Après une telle dernière note, toutes les plumes se seraient envolées! Je commence à être un peu de l'avis de ceux qui disent qu'à un certain moment donné, il faut savoir se retirer... dans la dignité, si possible... Trop, c'est comme pas assez... Beurre, mais beurre égal... C'est triste, mais toute bonne chose a une fin... Après la pluie, le beau temps... oups! pas rapport.

mercredi 14 mai 2008

Surmenage

Ouf!!! Je me relève a peine d'une grippe "musculaire" (verdict de Dr Meuman). Loin de moi l'idée de mettre en doute les connaissances accumulées tout au long d'une vie de mère, mais... le mot : musculaire, là là... appliqué à ma frêle personne... pas sûre... y'a quelque chose qui ne fonctionne pas.
Mais la grippe, par contre... elle, je l'ai trouvé musclée!! Et je sens que c'est pas fini, mais le volet "squelette broyé", celui durant lequel le simple fait de prendre une douche est comme recevoir une rafale de projectiles, semble terminé. Ce qui me fait un peu paniquer, c'est l'oppression au niveau des poumons... hé, que je ne voudrais pas retourner à la case départ. La case sur laquelle je me trouvais il y a exactement un an...

Ça doit être le surmenage!! J'ai travaillé un jour, la semaine dernière. Si ça a du bon sens, de se démener de la sorte!
Car ce n'est quand même pas deux ou trois 5 à 7, deux soupers entre amis pis un brunch en famille qui m'ont mis sur le carreau!

Pis là, je retourne travailler demain. Un autre beau 7,5 heures cette semaine aussi.
Qui sait dans quel état je vais sortir de là... Je me vois déjà, en train de ramper jusqu'à la voiture, sur les petites roches du stationnement.

Oh, my! J'devrais peut-être distribuer des petites cuillers pour qu'on puisse me ramasser.
Un burn out est si vite arrivé.
Aurais-je seulement la force d'écrire à nouveau sur ce blogue?
Je suis finie.
Une vieille peau sans muscles.
À quoi bon-je...
Me reste-t'il des tylenols?
J'aime Jean-Coutu pis Jean-Coutu m'aime (au fait, depuis qu'on me diagnostique toutes sortes de maladies, ils ont fait plusieurs rénovations, chez PJC... ils devraient au moins me remercier!)


Un 5 à 7 en fin de semaine? Ah ben... me semble que ça va un peu mieux, là. Laissez-moi vérifier mon agenda...

mercredi 7 mai 2008

Hé taxi!!!

Y'a rien comme une belle ride en taxi et un chauffeur loquace pour vous faire découvrir une ville sous un jour nouveau. La vraie ville. Pas celle des touristes, mais celle du vrai monde.
Et vous pouvez embarquer à bord, de façon virtuelle, sur le site de Metropolis pour en découvrir quelques unes, dont Montréal, à bord du taxi de Pierre-Léon, auteur du blogue "Un Taxi la Nuit" que je lis depuis belle lurette et que je vous recommande chaudement.
Montréal et sa "faune" y sont décrits avec amour et humanisme. Un grand sensible que ce chauffeur, et un grand bonheur de lire ses récits.

Pour ceux qui ont des notions de mandarin, d'espagnol, d'italien, de russe et j'en passe, vous pouvez visiter plusieurs villes du globe. De toute façon, c'est sous-titré en néerlandais, alors...
Mais comme la ride est gratuite, on va quand même pas se plaindre!

mardi 6 mai 2008

Ressourcement



Désolée de vous avoir négligé durant quelques jours, mais après une première semaine de travail acharné (bon ok... trois jours) j'ai senti le besoin de me ressourcer pendant quatre jours dans la nature. Et manger du crabe des neiges chez des amis, en Gaspésie, avec mes "chums de filles", m'a semblé tout indiqué pour faire une coupure dans la routine du travail. Après tous mes déboires, faudrait quand même pas risquer le burn out!

Quel ne fut pas mon plaisir de retrouver ce fleuve le long de la route 132 et surtout, ô bonus, les grandes oies blanches partout dans le ciel et sur les battures. Ci-joint une de mes innombrables photos avec le Mont Ste-Anne en arrière plan, de l'autre côté du fleuve.

Et le crabe fut excellent, et les amis chaleureux.
Et comme le chantait Sacha Distel quand j'étions mioche :