THE TIME YOU ENJOY WASTING IS NOT WASTED TIME
"Bertrand Russel"

dimanche 30 mars 2008

Une chatte et un poteau

Messieurs, Natachat va danser pour vous!

video

S'cusez-là... ceci démontre toute l'ampleur de mon vide...

vendredi 28 mars 2008

La densité du vide

C'est le meilleur titre que j'ai pu trouver. Faut dire que je n'ai pas cherché plus qu'il faut à appronfondir davantage le vide juste pour le plaisir de lui accoler un descriptif plein de sens.
Toujours est-il que le vide n'est pas à prendre à la légère. Ça peut s'immiscer sournoisement et en un rien de temps, prendre tout l'espace. Il peut même devenir lourd à porter. Surtout si il se porte de l'intérieur. Allez donc évacuer un vide, vous!
Il a même la faculté d'annihiler le temps, comme si il l'aspirait en même temps que les idées et les désirs. C'est alors que l'on devient témoin d'un envahisseur dont notre volonté se couche aux pieds, tel un bon chien-chien docile et soumis, attendant patiemment des ordres qui ne viendront bien sûr jamais...
Puis il finit par se dissiper, lentement, de peur de se faire remarquer tellement il doit se sentir ridicule d'avoir pris tant d'importance. Après tout, c'est tellement contraire à sa nature...

*****

Et, pour combler un vide, quoi de mieux que de se remplir les oreilles, l'âme et le coeur de musique! Attention, ce n'est certainement pas le moment d'y aller à grands coups de trompettes et autres salsas, il faut y aller à petite dose car l'expérience risquerait de devenir plutôt agressante dû à l'écho intérieur...
Ça prend du doux. Du transcendant. Du simple tout en étant chargé d'émotion. Ça prend des textes et une voix. Et j'ai trouvé tout ça dans une charmante jeune artiste suédoise qui gratte sa guitare comme pas deux, jusqu'à en extraire des notes qui s'envolent en volutes spiralées. C'est ma chouchou à moi, mais peut-être saura-t'elle aussi vous combler...

Autant vous aviser de suite, que ce n'est pas un choix indiqué pour faire swinger la compagnie ou mettre de l'ambiance lors d'un prochain happening entre amis. Je recommande plutôt l'écoute en solo, les yeux fermés avec écouteurs étanches scellant les oreilles. Bon allez, je vous laisse à Ane Brun...



J'en reviens quand même pas d'avoir jumelé Ane Brun au vide!

mardi 25 mars 2008

Question existentielle 11

"qui embrasse les courbes"... est-ce comme "becquer bourrelets"?

Ah, et puis... vous n'avez pas juste ça à faire, perdre votre temps à lire mes questionnements! C'est pourquoi dans un souci d'entretenir un certain niveau de culture je profite de l'occasion pour approfondir un peu notre vocabulaire.

Becquer (verbe):
2. Région. Embrasser. ,,Viens béquer poupa = viens baiser ton papa`` (Canada 1930); cf. Dul. 1968).


Ouf... 1930 hein?
"Dans l'bon vieux temps ça s'passait d'mêêêêê-me. Ça s'passait d'même dans le bon vieux teeeemps"

dimanche 23 mars 2008

Joyeuses Pâques!

Oui, à vous tous, à toi, toi, pis toi, pis toi, pitoipitoipitoi aussi, je vous souhaîte une très belle fête nationale!

vendredi 14 mars 2008

Oui, je suis accro!

Force m'est d'avouer aujourd'hui une faiblesse de ma personne. Admirez ici le courage dans l'abnégation ma façade équilibrée de femme qui sait où sont ses priorités dans la vie. Il se trouve qu'il y a une petite faille dans la mécanique réglée de mes journées. Si mesurée et pondérée sois-je, mangeant trois repas par jour contenant les trois groupes alimentaires tel que conseillé par le Guide alimentaire canadien, tentant de nourrir mon intellect d'éléments aussi enrichissant que divertissant, et me passant la soie dentaire tous les soirs de façon conscienceuse et appliquée, malgré toutes ces gestes commandés par la raison et le gros bon sens, une habitude insidieuse et perverse s'est glissée dans mon quotidien.

Tous les soirs, après le nettoyage méticuleux de ce visage au teint de plus en plus expressif (merci aux rides d'expressions qui commencent à se bousculer à la surface de ma face) qui se reflète sur le tain lisse du miroir, suite au brossage de dents dans la règle de l'art et au nettoyage de verres de contact par petits mouvements rotatifs dans la paume de la main, au badigeonnage de la dite face de produits promettant éclat et rajeunissement, c'est avec la conviction d'avoir conclu adéquatement une autre journée sans abuts et débordements que je me glisse langoureusement avec une certaine hâte retenue entre mes draps si doux pour m'abandonner à ce plaisir que je m'accorde sans vergogne depuis quelque temps.

Je branche l'accessoire dans la prise murale ; bien sûr je pourrais le faire fonctionner par piles seulement, mais il vient un temps où une femme sait ce qui lui plaît, et elle veut être certaine de pouvoir se rendre au bout de ses fantaisies sans la frustration d'un coitus interruptus inpromptu. Et qui plus est, le plaisir n'est nullement gâché par la présence du fil électrique entre ses jambes. Et là, enfin, avec un sourire de convoitise et de volupté je pèse sur la touche et je me laisse aller au sexe. Sous toutes ces formes. Et certaines soirées de plus grand besoin, ça peut durer jusqu'à deux heures de temps.
En effet, je me tape les épisodes de Sex and the City en rafale tous les soirs, au lit, sur mon ordinateur portable. Bon Dieu que c'est le fun! Des heures de plaisir. Et oui, certains soirs je n'arrive pas à me résigner à fermer tout ça... et hop! un autre petit épisode. Parfois même, un autre encore. Aucune retenue. Sombrerais-je dans la démesure?

Tout ça parque qu'un fan fini qui veut absolument que je l'accompagne pour aller voir le nouveau film de STC qui sortira en mai, tel un revendeur d'héroïne qui donne une dose gratuite à de jeunes victimes innocentes pour arriver à ses fins, m'a sournoisement mis entre les mains tous les DVD des six saisons de cette série dont je ne connaissais rien.

Voilà. Le mal est fait. Oui, je serai en sa compagnie dans une sombre salle de cinéma pour m'abadonner une ultime fois, en HD et son surround à ce plaisir. Je n'ose imaginer ce que sera la période de désintox... Comment retrouver le cours normal de ma vie après tant de sensations?

mercredi 12 mars 2008

Les grands titres en bref

Couche-Tard hausse ses ventes
(C'est ben simple, y dorment pas c'monde là)

Parler fort ne remplace pas un bon jugement, affirme Obama
(... en criant)

Bill Gates veut des salariés qualifiés
(voilà qui explique bien des choses)

Londres élue ville la plus salle d'Europe
(Félicitorchon!)

L'avenir est au meubles blancs et mutants
(beurk! des mutants blancs... quelle horreur!)

Les macédoniens prennent congé pour planter 2 millions d'arbres
(ah ces macédoniens... ils font tout, ensemble! La semaine prochaine, ils vont prendre congé pour repeindre les lignes sur les routes... puis l'autre semaine, ils vont arracher les mauvaises herbes partout dans le pays... puis ensuite ils vont nettoyer les traces de fiente sur toutes les statues des places publiques... puis...)

mardi 11 mars 2008

Juste 608! Allez, on lâche pas...

Ce qui suit, est un extrait d'une rubrique sur Cyberpresse

Le Québec a connu, en 2007, son meilleur bilan routier en 60 ans: 608 décès sont survenus sur les routes (WOW!! Wou-hou!!!), une baisse de 15,7% par rapport à 2006, une année qui fut catastrophique (ah ben là, si on compare à quelque chose de catastrophique...) .

...Il faut remonter à 1948 pour trouver un bilan plus reluisant que celui de l'an dernier (ben oui, il y avait à peu près dix voitures par ville!) . Cette année-là, 566 personnes avaient trouvé la mort dans un accident de la route (ils ont du "scraper" presque toutes les voitures ou bedon ils étaient plusieurs par véhicule..).

...Et 2007 n'a pas été seulement une année moins meurtrière, mais le nombre de blessés graves a également chuté, de 23% par rapport à 2006 (l'année catastrophique, là là...), pour s'établir à 2866 (seu-le-ment 2866 blessés graves ; on croit rêver). Les victimes de blessures légères ont été moins nombreuses (ha? soit ils sont blessés gravement, soit ils sont morts, donc...): 44 466, une baisse de 3,4% (ha oui, par rapport à l'année catastrophique).

Wouh! amenez-en, des bonnes nouvelles!

Mais c'est quoi, tout ce pétage de bretelle? Est-ce vraiment dû aux campagnes de sensibilisation de la SAAQ? Ou parce que tous les chauffards se sont éliminés d'eux-mêmes entre 1948 et 2007?

Croisons-nous les doigts, mais je dois avouer que lorsque je prends la route, ouf! ça devient de plus en plus olé-olé...
Mais j'y pense... je n'ai presque pas pris le volant en 2007... non-non... aucun rapport...

dimanche 9 mars 2008

Des fois, vaut mieux en virer toute une!

Pour ceux qui ont de plus en plus de difficulté à affronter la dure réalité et qui ressentent un irrépressible besoin de s'évader dans des paradis alcoolisés, voici quelques suggestions de cocktails, que je qualifierais ma foi (ou mon foie), de circonstance.



LeFrostbite : (1 personne)


4 cl de tequila
4 cl de crème fraiche
4 cl de crème de cacao


Préparez la recette du Cocktail Frostbite au shaker. Frapper les ingrédients et passer dans un verre. Servir dans un verre de type "verre à cocktail".

Décor: Saupoudrer de noix muscade râpée Un cocktail onctueux aux saveurs de cacao.



Le Grand Frisson : (1 personne)


14 cl de lait
2cl de anisette
2 cl de sirop de menthe


Préparez la recette du Cocktail Grand frisson au verre à mélange avec des glaçons. Servir dans un tumbler.

Décor: Aucune décoration




Le Blizzard : (1 personne)


4 cl de vodka
2 cl de spiritueux anisé (pastis, ricard, pernod)
2 cl de curaçao bleu
1 cl de jus de citron
tonic (Schweppes)


Préparez la recette du Cocktail Blizzard au shaker. Frapper les ingrédients. Passer dans le verre sur de la glace et compléter au tonic. Servir dans un verre de type "tumbler"

Décor: Décorer avec une tranche de citron


Pour les gros nounours d'entre vous :

L'Ours Blanc : (1 personne)

1 cl de crème fraîche
3 cl de tequila
0.5 cl de jus de citron
1 cl de amaretto
2 cl de crème de bananes


Utiliser le shaker rempli de glace. Ajouter les ingrédients. Verser dans un verre décoré de deux rondelles de Bananepiquées d'une Cerise verte confite.Servir dans un verre de type "verre à cocktail"




Pour ceux qui ont vraiment envie de noyer un certain ras-le-bol :

Le Damn the Weather : (1 personne)


4 cl de gin
1 cl de vermouth (martini, cynzano...)
2 cuillère à café de cointreau
1 cl de jus d'oranges


Frappez les ingrédients au shaker, puis passez dans un verre rafraîchi. Servir dans un verre de type "verre à cocktail"




Pour les plus masochistes d'entre vous :

Le Christmas Punch : (1 personne)???????



2 bouteilles de champagne
2 cl desucre
100 cl de jus d'oranges
50 cl de jus de pamplemousses
50 cl de jus d'ananas
1/2 bouteille de cognac
1/4 bouteille de rhum blanc
1/4 bouteille de curaçao rouge


Verser tous les ingrédients dans un grand récipient. Mettre au réfrégirateur pendant 2 heures. Ajouter le champagne bien glacé au moment de servir.Servir dans un verre de type "coupe"


Chin Chin!

samedi 8 mars 2008

C'est pas le temps de me parler de...



Ou de me faire manger du crabe des...


pis encore moins un bol de...



ou de me montrer vos photos avec...



pis j'ai surtout pas envie de lire...



ou d'entendre parler de votre beau ti-minou Flocon!
C'tu clair!!!

mercredi 5 mars 2008

Tout est relatif...

Bon, bon, bon... je commence à entendre gémir tout autour de moi (oui je sais je suis seule, mais c'est pas de la schizophrénie). Même sur internet, même à la radio, même aux nouvelles, ça commence à se plaindre de tout bord tout côté. Même les plus optimistes commencent à avoir le moral miné. Même les têtes heureuses font la baboune. Même les fous des joies du plein air commencent à en arracher. Ils attendent le "chair lift" comme si ils attendaient en ligne à la caisse de l'épicerie... Ils sillonnent les pistes de ski de fond, de raquettes ou patinent juste pour passer le temps... comme des enfants gâtés déjà tannés de leurs bébelles, jouant sans s'amuser.

En fait, on aime ça chiâler. Ce sont les mêmes qui vont se plaindre de la chaleur, des mouches, du maudit gazon qui pousse, de la pluie, des corneilles, allouette!

Je me souviens avoir montré mes photos d'hiver de ruisseaux dans les bois, de falaises en glace, de sapins complètement recouverts de neige à des gens du sud du Texas, de la Louisianne ou du désert du Nouveau-Mexique. Je m'en pétais les bretelles. Et eux, ils ne pouvaient concevoir vivre dans le froid... (comme si on gelait à l'année!). Et j'essayais de leur décrire la beauté des automnes, des couleurs de la nature, toujours changeantes au gré des saisons. Et je trouvais qu'ils faisaient pitié de ne pas connaître cela. N'est-ce pas un peu comme toujours vivre la même journée? Comme dans le film Groundhog Day?

C'est vrai, tout chiâleux que nous sommes, de quoi aurions-nous l'air si toutes les journées étaient pareilles. Si le paysage était toujours le même sans variantes de couleur ou de végétation. Si la température était toujours la même. Imaginez, on trouve moyen de se plaindre en plein mois de juillet!!

Faut croire que l'on a besoin de nos changements de saisons, car on ne peut les endurer plus que quelques mois...

Et en plus, on a jamais à craindre d'un tsunami. Pis les seules saisons que nous n'avons pas, sont celles des pluies et des ouragans... pas si pire que ça, hein? Pis on a pas à passer six mois de noirceur suivi de six mois de clarté comme dans certaines régions.

Chanceux, que j'vous dis!

Bon, c'était mon pep talk de l'année.

Je m'arrête ici, car je dois aller pelleter mon host_ _ de tabarn_ _ de sacram_ _ _ _ de balcon sale pis mon ciboi_ _ _ de câlis_ _ de trottoir de vingt pieds de long pis essayer de me débarasser de la maudite patinoire lisse en pente de 35 degrés qui me sert de driveway!! Même la patinoire municipale, n'est jamais en si bonne condition...

Mais il est vrai que l'adage qui dit "Trop, c'est comme pas assez", s'applique très bien dans certains cas extrêmes...

samedi 1 mars 2008

Two five four - six Oh! wouane wouane

Mon courriel du jour... :

On dit que la langue française est compliquée ; mais que dire de l'Anglais !

Français: "de 1H58 2H02 :
d'une heure cinquante-huit à deux heures deux."
Anglais: "from two to two to two two"

Français : "Trois sorcières regardent trois montres Swatch. Quelle sorcière regarde quelle montre Swatch ?"
Anglais: "Three witches watch three Swatch watches. Which witch watch which Swatch watch?"

Et maintenant pour les spécialistes...

Français: "Trois sorcières suèdoises et transsexuelles regardent les boutons de trois montres Swatch suisses. Quelle sorcière suédoise transsexuelle regarde quel bouton de quelle montre Swatch suisse?"
Anglais (accrochez-vous): "Three Swedish switched witches watch three Swiss Swatch watch switches. Which Swedish switched witch watch which Swiss Swatch watch switch?"

L'archi-duchesse à la chemise sèche peut aller se rhabiller !!


Reçu par l'ami Paulozzi